Elizabeth II sur le point de tourner la page Buckingham ? Révolution au palais

·1 min de lecture

Endeuillée par le décès de son époux le prince Philip, la reine Elizabeth II n'a pas perdu goût au travail pour autant. Ce mardi 27 avril, la monarque a fait sa première apparition depuis les obsèques du duc d'Édimbourg dans le cadre d'un rendez-vous virtuel avec les ambassadrices de Lettonie et de Côte d’Ivoire, honoré depuis le château de Windsor. Forteresse qu'elle occupe de plus en plus souvent. La raison ? D'après les informations du Point, la reine Elizabeth II "n'a jamais aimé Buckingham Palace".

Buckingham Palace a pourtant été le lieu de résidence de Sa Majesté la Reine entre 1936 et 1947. Un lieu qu'elle avait intégré à contrecoeur après avoir habité à Clarence House, qui est depuis devenue la maison du prince Charles. Mais que deviendra donc Buckingham Palace si la reine Elizabeth II ne s'y rend plus ? D'après les propos du spécialiste Andrew Morton dans le livre Elizabeth et Margaret, à la mort de la monarque "Buckingham devrait être transformé en un centre à vocation culturelle doté d'un musée, de salles de concert et de bal ainsi que d'un jardin pouvant accueillir des sons et lumières et des pique-niques". Une décision qui ne fait pas l'unanimité.

D'après Andrew Morton, si le palais de Buckingham est ouvert aux visites en période estivale, ce dernier ne se séparera pas de sa mythique garde qui attire les touristes. De plus, selon lui, les membres de la monarchie ne pourront pas céder le palais de Buckingham au peuple car la famille royale continuera de se réunir (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Kate Middleton plus maligne que Meghan Markle : comment elle s'est mis le staff royal dans la poche
Sylvie Ortega dévoile le visage de la petite-fille de Sheila... le portrait craché de son père
Gabriel Attal égratigne Marine Le Pen : "Personne ne croit à ce qu'elle est en train de dire"
Donald et Melania Trump : que font-ils vraiment de leurs journées à Mar-a-Lago?
Réapparition d'Ernst-August de Hanovre après ses démêlés judiciaires : ça ne va pas si mal...