Elizabeth II n’abdiquera pas, mais…

De notre correspondant à Londres, Marc Roche
·1 min de lecture
La reine, désormais seule, n'abandonnera pas pour autant sa couronne.
La reine, désormais seule, n'abandonnera pas pour autant sa couronne.

Malgré le décès du prince Philip, il n'est pas question pour Elizabeth II, âgée de 94 ans, de suivre l'exemple de ses homologues belges, hollandais et espagnols qui ont passé le relais à la génération suivante. Une abdication n'est pas à l'ordre du jour à Londres. En cela, la monarchie constitutionnelle la plus éclatante et la plus médiatisée au monde se distingue de celles du nord et du sud du Vieux Continent. Quels sont les motifs du refus de la reine, montée sur le trône en 1952, de laisser la place à son héritier, le prince Charles ? Il en existe au moins trois.

Tout d'abord, à l'instar de la reine Victoria son modèle, qui a régné pendant soixante-quatre ans, le monarque considère ses fonctions comme une vocation divine. Le service de couronnement est un rite religieux alors que, dans les autres monarchies, il n'est qu'une prestation de serment. Le gouverneur suprême de l'Église d'Angleterre est une femme profondément croyante, une pratiquante régulière nourrie de la Bible, des hymnes et des sermons. Les références religieuses sont une constante de son message de Noël.

En outre, la cheffe de l'État a réitéré à plusieurs reprises qu'elle avait « un job pour la vie ». Le rejet de la voie choisie par Juan Carlos d'Espagne, Albert II de Belgique ou Beatrix des Pays-Bas s'explique par l'absence de précédent, à l'exception d'Edward VIII en 1936. Nonobstant l'oncle de la reine, les souverains britanniques n'ont jamais rendu leur couronne. Elle a été profondémen [...] Lire la suite