Elizabeth II avait envoyé son 1er e-mail bien avant (presque) tout le monde

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

TECHNO - Du téléphone à la vidéo en 3D, en passant par l’ancêtre d’internet : la reine Elizabeth II, qui s’est éteinte ce jeudi 8 septembre, a touché à tout en matière de technologie. Et parfois avec un enthousiasme qui a de quoi étonner, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

Le début de son règne avait déjà quelque chose de hi-tech : en 1947, lorsque la Princesse Elizabeth se marie à Philip Mountbatten, c’est en direct à la télévision. Une grande première, qui marque d’ailleurs un « boom » dans l’achat de téléviseurs, non seulement outre-atlantique mais également ailleurs dans le monde, et dans l’hexagone notamment.

Plus tard, elle suit la marche de son pays dans la folle évolution technologique du XXe, puis du XXIe siècle, en passant le premier coup de fil longue distance du pays, mais aussi en envoyant l’un des tout premiers e-mails. En 1976, il s’agit encore d’Arpanet, un réseau connectant quelques ordinateurs autour du globe, et les ingénieurs britanniques viennent tout juste de développer un langage de programmation compatible avec cette innovation. La reine n’aura qu’à presser quelques boutons pour envoyer, symboliquement, l’un des premiers messages électroniques du pays.

Beaucoup plus tard, elle confiera adorer jouer au célèbre Wii Sports, que lui ont montré ses petits enfants, et enregistrera en 2012 ses vœux annuels aux Britanniques d’une façon toute particulière : en 3D. Avec les lunettes appropriées, Elizabeth II devenait plus vraie que nature pour ses sujets.

Attention néanmoins à ne pas faire de la reine défunte une technophile : curieuse et intéressée par les innovations, elle avait avoué à Bill Gates en 2005 ne jamais toucher à un ordinateur. La reine était également critique de l’invasion de smartphones dans l’espace public et de la multiplication des selfies, qui ne permettait plus le contact du regard, estimait-elle.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi