Elizabeth Holmes, fondatrice de la start-up Theranos, condamnée à 11 ans de prison pour fraude

© Nic Coury / AP

C'est la descente aux enfers pour l’une des enfants chéries de la Silicon Valley, Elizabeth Holmes. La fondatrice de l’ancienne start-up Theranos qui promettait de révolutionner les tests sanguins a été condamnée à 11 ans de prison.

Avec notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin

C’est une Elizabeth Holmes en larmes qui, avant la sentence, a dit au tribunal qu’elle prenait toute la responsabilité de ce qui est arrivé. Cela n’a manifestement pas convaincu le juge Davila qui l’a condamnée à plus de 11 ans de prison pour fraude, tout en reconnaissant que la coupable avait réussi à s’imposer dans un monde d’hommes.

Elle avait été reconnue coupable en janvier d'avoir menti aux investisseurs sur les avancées réelles de son entreprise. « Je prends, devant vous, mes responsabilités pour Theranos. J'ai adoré Theranos. C'était le travail de ma vie », a-t-elle déclaré à l'audience, en sanglotant, juste avant le prononcé de la sentence. « Je suis dévastée par mes échecs », a-t-elle ajouté. « Il ne s'est pas passé un jour ces dernières années sans que je ne sois profondément touchée par ce que les gens ont traversé à cause de mes erreurs », a-t-elle dit.

800 millions de dollars d'amende

Le bureau fédéral des prisons doit encore lui désigner un lieu d’incarcération, mais ce n’est pas la fin des problèmes pour Elizabeth Holmes. Le procureur a aussi demandé une condamnation à une amende de 800 millions de dollars. La décision sera annoncée plus tard.


Lire la suite sur RFI