Elise Lucet dézingue les chaînes d'information : "Ca me saoule !"

Elle n'y va pas avec le dos de la cuillère. Hier, à la mi-journée, Elise Lucet était l'invité de "Revu" sur France 5, présenté par Pascale Clark. Au cours de l'entretien, la journaliste d'investigation a été interrogée sur son rapport aux chaînes d'information en continu. Un type de média qu'elle n'apprécie guère.

"Je vais être tout à fait honnête. Je ne regarde quasiment jamais les télés d'info en continu. Aucune. Vraiment. Même pas franceinfo:", a confié Elise Lucet. Et d'avouer avec franchise : "Je n'ai pas le temps et ça me saoule ! Il y a un côté où on vous maintient comme ça, en haleine. Pour moi, un journaliste, ce n'est pas quelqu'un qui a un micro, comme ça, et qui parle devant une caméra". La présentatrice a alors mimé les reporters en duplex des chaînes d'info.

Et de poursuivre sa critique : "Un journaliste, c'est quelqu'un qui va sur le terrain, qui va rencontrer des gens, qui va prendre des risques comme on l'a dit en Ukraine, qui va prendre des risques parce qu'il fait une enquête un peu costaud". "Les commentateurs d'actualité, ça ne m'intéresse pas. J'ai envie de voir des vrais gens. Je n'ai pas envie de voir des journalistes qui parlent des vrais gens. J'ai envie d'entendre des gens de terrain, des gens qui font plein de boulots différents", a enchaîné Elise Lucet. Et de conclure : "Je n'ai pas envie que ce soit des journalistes, qui, devant une caméra, racontent la vie des gens comme si c'était des...

Lire la suite


À lire aussi

Benoît Hamon dézingue CNews : "Une chaîne d'extrême-droite", "complotiste" qui défend des "idées racistes"
Didier Quillot (LFP) - P2 : "Si la chaîne Mediapro est bien foutue, elle rencontrera son public"
Didier Roustan : "Sur Europe 1 ou sur la chaîne L'Equipe, je suis en pilotage automatique"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles