Elisabeth Borne, sa mission impossible

Sans majorité à l’Assemblée, cette « techno » infatigable va faire face à des oppositions virulentes. Emmanuel Macron vient de la charger de nouvelles consultations pour former un «gouvernement d'action».

Lundi 10 heures, dans son bureau à Matignon, Élisabeth Borne s’accroche au moindre espoir. « Je cherche une majorité d’action en rassemblant tous ceux qui veulent éviter le blocage du pays », confie-t-elle à Paris Match. La Première ministre appelle un à un les députés pas fermés au dialogue. Combative, elle veut y croire avant de retrouver en tête à tête le président de la République. Élisabeth Borne a quand même un motif de satisfaction : « J’ai été élue et j’en suis assez fière car la France insoumise voulait me faire tomber. Malheureusement, ça a marché pour Ferrand, Casta et d’autres… »
Pour elle Matignon est déjà un chemin de croix.

Nommée le 16 mai, privée d’état de grâce et de majorité, la Première ministre est sur la sellette. Cela avait déjà mal commencé. « Emmanuel Macron avait choisi une Première ministre et il en nomme une autre. Imagine-t-on Mitterrand changer d’avis ? » s’étonne François Rebsamen, ancien ministre socialiste rallié à Macron. Une semaine avant sa désignation, l’ex-ministre LR Catherine Vautrin tenait la corde ; puis, sous la pression des poids lourds de la macronie, qui dénonçaient l’influence de Nicolas Sarkozy, le président a fini par se rabattre sur un plan B. On a vu des entrées en matière plus exaltantes. Élisabeth Borne sait que le soutien d’Alexis Kohler, le secrétaire général de la présidence, a été décisif. Il dirigeait le cabinet d’Emmanuel Macron à Bercy quand elle s’occupait de celui de Ségolène Royal à l’Environnement.

Lire aussi :Sondage Match de l'exécutif : Elisabeth Borne, l'alerte

Tous lui promettent une « guérilla » parlementaire mais la pupille de la nation en a vu d’autres

(...)
Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles