Elisabeth Borne l'affirme : «Le bouclier existera aussi longtemps que les prix du gaz seront élevés»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Alfonso Jimenez/Shutterstock/SIPA
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La ministre du Travail Elisabeth Borne est revenue, jeudi 21 avril sur Sud Radio, sur le débat de la veille et a fait une mise au point concernant ce qui a été dit par Marine Le Pen sur l’emploi et le pouvoir d’achat.

Sur Sud Radio, Elisabeth Borne a, comme tous les intervenants des matinales politiques ce jour, salué ce grand exercice démocratique : « Ce débat est toujours un moment important dans notre démocratie. Il y a deux projets très différents, avec celui d’Emmanuel Macron, concret, sur l’emploi, le pouvoir d’achat, l’écologie et des approximations et incohérences dans celui de la candidate d’extrême-droite. »

Malgré les critiques sur l’arrogance de son candidat, la ministre l’a défendu : « J’ai entendu les lieutenants de Marine Le Pen dire cela, ils pouvaient le dire avant le débat. Elle a dit que le débat était serein, sans outrances. »

Lire aussi :Sondage de la présidentielle : avant le débat, Marine Le Pen perd encore du terrain

Vint ensuite la question du chômage, une séquence qui a retenu l’attention des téléspectateurs tant les deux projets étaient diamétralement opposés, que ce soit dans les discours ou les chiffres. Elisabeth Borne a expliqué que Marine Le Pen a fait fausse route et qu’elle s’est trompée sur le taux de chômage : « Les chiffres sont donnés partout en Europe et dans le monde par le BIT [Bureau International du Travail] lequel nous dit que l’on a baissé de plus de deux points le taux de chômage, soit 610,000 chômeurs. On a créé plus d’un million d’emplois également […] Les chômeurs de catégorie C, la moitié travaille à temps plein. »

Elle a aussi fait part de la « prime Macron » : « On a quelque chose de fort dans notre pays, c’est la participation pour les entreprises de plus de cinquante salariés. Toutes les entreprises qui dégagent des bénéfices, seront soumises à la prime Macron, c’est-à-dire une obligation à donner des parts aux salariés. »

«On espère que la situation en Ukraine va(...)
Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles