Pour Elisabeth Borne, «Jean-Luc Mélenchon est ambigu sur beaucoup de sujets comme la laïcité»

Jacques Witt / SIPA

La Première ministre est revenue, vendredi 17 juin sur RTL, sur les élections législatives, sa candidature dans la 6ème circonscription du Calvados, le déplacement d’Emmanuel Macron à Kiev, mais aussi la NUPES et son programme.

Elisabeth Borne a débuté l’entretien sur RTM en expliquant être « totalement concentrée sur [s]a campagne pour avoir une majorité solide dimanche et continuer à protéger les Français. » Elle a ajouté que pour ce second tour, les Français devront choisir : « Deux projets sont différents. Le nôtre : protéger les Français, baisser les impôts, et l’autre : des impôts, une remise en cause de nos alliances internationales, et un danger pour notre économie. »

Sur les critiques adressées au gouvernement sur le fait qu’Emmanuel Macron a décidé de se rendre à Kiev en pleines élections , la ministre a déclaré : « Emmanuel Macron veut montrer à l’Ukraine que l’Europe est à ses côtés. C’est le rôle du président de la République de porter cela […] Chacun est dans son rôle. Il porte ses dossiers internationaux à un moment très grave […] On entend tout et son contraire, ou il en fait trop ou pas assez. Je fais campagne ici pour ma part. » A propos de l’Ukraine, elle a parlé d’« un processus long, mais c’est un signal fort que l’on veut donner à l’Ukraine, lui dire qu’elle a toute sa place dans l’Union européenne. On a voulu affirmer notre soutien total à l’Ukraine. »

Après avoir dit que le groupe présidentiel « peut avoir une majorité », elle fustigé Mélenchon et certains candidats de la NUPES : « On a dit très clairement dans cette élection : pas une voix pour l’extrême-droite. » D’abord Mélenchon : « Jean-Luc Mélenchon est ambigu sur beaucoup de sujets comme la laïcité, il a insulté nos policiers, alors que ceux qui nous protègent sont les policiers […] Je n’ai pas de leçons à recevoir de sa part. Il y a 107 circonscriptions où la majorité est face au RN et dans aucune d’entre elles il n’a appelé à voter contre lui. » Puis la(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles