Elisabeth Borne : Grosse bourde dans sa sécurité, des infos secrètes en danger !

Une prise de poste qui commence plutôt mal... Le 31 mai dernier, alors qu'elle venait d'être nommée responsable de la sécurité à Matignon, la préfète chargée de la protection d'Elisabeth Borne aurait, selon le magazine Closer, négligemment posé son téléphone professionnel sur la banquette d'un restaurant où elle dînait, dans le 19e arrondissement parisien.

Un téléphone qui n'a pas tardé à finir dans la poche d'un voleur, qui n'a sans doute eu aucun mal à l'embarquer alors qu'il contenait des infos de la plus haute importance et notamment... le numéro de téléphone de nombreux ministres et même celui du président, Emmanuel Macron. Très sensible, le dossier a été immédiatement traité par la police qui a réussi à géolocaliser le voleur, grâce au téléphone que celui-ci avait jeté rapidement, ne gardant que la carte SIM et ses infos si précieuses.

Le jeune chapardeur devra passer devant le juge dans peu de temps, mais a été remis en liberté en attente du procès. Une mésaventure qui se termine bien, pour la préfète en poste aux côtés d'Elisabeth Borne (une première ministre très accro à la vapote...), mais qui aurait pu avoir bien plus de conséquences : le matin même, celle-ci avait notamment fait une réunion avec Gérald Darmanin sur les questions de sécurité intérieure, échangeant sans doute des informations destinées à rester discrètes.

A quelques jours des élections législatives, qui se dérouleront ce dimanche 12 juin - puis le 19 - et...

Lire la suite


À lire aussi

Alessandra Sublet très critiquée : cette grosse bourde n'est pas passée inaperçue
Kendji Girac dans Mask Singer : sa participation gâchée par une grosse bourde, les internautes déçus
Anne-Sophie Lapix face à une grosse bourde : elle doit s'excuser en direct !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles