Elisa Pilarski victime du chien de son fiancé, dressé pour tuer

Par Nicolas Bastuck
·1 min de lecture
Dans son rapport d'autopsie, le légiste a estimé l'heure de la mort entre 13 heures et 13 h 30.
Dans son rapport d'autopsie, le légiste a estimé l'heure de la mort entre 13 heures et 13 h 30.

Cette fois, il n'y a plus aucun doute : Curtis est seul responsable de la mort d'Elisa Pilarski. La jeune femme, enceinte de plusieurs mois et âgée de 29 ans, a bien été dévorée par l'american pitbull terrier de son compagnon, qui s'est retourné contre elle alors qu'elle le conduisait en promenade, le 16 novembre 2019, en forêt de Retz, sur la commune de Saint-Pierre-Aigle (Aisne). Le juge d'instruction chargé de déterminer les causes de la mort a livré ce mardi 3 novembre les résultats des expertises génétiques réalisées à partir de plusieurs dizaines de prélèvements salivaires ; seul l'ADN de Curtis a été identifié sur les plaies de la jeune femme, sur ses vêtements et sur les effets retrouvés à proximité des lieux de l'attaque.

En revanche, il n'a été retrouvé aucune empreinte des 62 chiens de l'équipage de vénerie (de race poitevine et black and tan) qui chassaient le chevreuil dans les mêmes bois, en ce jour de la Saint-Hubert, et que l'ami d'Elisa et propriétaire de Curtis, Christophe Ellul ? soutenu par plusieurs associations anti-chasse ert de défense des animaux ?, mettait en cause. « Les chiens du Rallye la Passion sont, aujourd'hui, exonérés de toute responsabilité », a réagi Sébastien Van Der Berghe, maître d'équipage, soulagé de voir « [ses] chiens innocentés et [son] honneur enfin lavé ». « Cette disculpation, si elle ne répare pas les torts qui ont été causés par les tombereaux de fausses accusations et de menaces que nous avons dû endurer de [...] Lire la suite