Élections régionales: l'avis du conseil scientifique ne pas aider Castex

Romain Herreros
·Journaliste politique
·1 min de lecture
Le premier ministre Jean Castex après un point de situation sur le covid (illustration) (Photo: MARTIN BUREAU AFP)
Le premier ministre Jean Castex après un point de situation sur le covid (illustration) (Photo: MARTIN BUREAU AFP)

POLITIQUE - Il avait promis de “suivre strictement” l’avis du Conseil scientifique sur les élections régionales et départementales. Jean Castex paraît finalement assez peu avancé. Ce lundi 29 mars, les experts réunis autour de Jean-François Delfraissy ont rendu au Premier ministre leur copie sur “les enjeux sanitaires” du scrutin, laquelle devait servir de boussole à l’exécutif pour prendre une décision.

Or, ils préfèrent ne pas se prononcer sur la pertinence d’organiser le scrutin les 13 et 20 juin prochains, comme cela est prévu pour le moment. “Les autorités publiques prendront les décisions qui leur incombent, lesquelles sont éminemment politiques”, écrivent les scientifiques, dans ce rapport long de 16 pages. Et d’insister: “il incombe aux seules autorités politiques de procéder en toute légitimité démocratique aux appréciations générales, qui dépassent les seuls aspects sanitaires, ainsi qu’aux arbitrages”.

Ils précisent aussi ne pas prendre “en compte des éléments plus généraux, par exemple relatifs à l’importance des élections pour la vie démocratique, aux effets de l’abstention, à la sincérité des scrutins, à la constitutionnalité des options envisagées ni aux calendriers électoraux, y compris présidentiels”.

Évaluation des risques et préconisations

Dit autrement, le Conseil scientifique renvoie la balle dans le camp de Matignon. Il formule néanmoins quelques préconisations à l’exécutif dans l’hypothèse d’un maintien. Parmi elles, le développement du vote par procuration, l’extension d...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.