Elections régionales : Clémentine Autain, une insoumise en campagne

·2 min de lecture

La députée de LFI de Seine -Saint-Denis se démarque de Jean-Luc Mélenchon et prône une stratégie d’union à gauche pour arracher, en juin, l’Ile -de -France à la droite.

« Ça fait du bien de parler à une élue qui est de notre côté, qui connaît la cause ». Ce 10 mars à Gennevilliers, face aux dirigeantes de L’Escale, Clémentine Autain savoure un thé et… bois du petit lait. La candidate aux régionales en Ile-de-France est venue rendre visite à cette association d’aide aux femmes victimes de violences. Un sujet qu’elle porte de longue date, rappelle-t-elle : « C’est le cœur de mon engagement ». L’occasion pour l’élue du « 93 », également, de promouvoir sa proposition de créer une « Maison des Franciliennes » dans chaque département. Mais il s’agit surtout de mettre en cause l’action de la majorité régionale de droite en la matière : « Les budgets ont nettement baissé en six ans. Sur le féminisme et l’égalité hommes-femmes, le bilan de Valérie Pécresse n’est vraiment pas glorieux ». Même si en l'occurrence, la région est partenaire de l'association visitée !

La présidente de la région capitale, Clémentine Autain la connaît bien pour avoir siégé dans son opposition de 2015 à 2017, jusqu’à son élection comme députée La France insoumise de Seine-Saint-Denis. Désignée tête de liste par LFI en décembre, elle a emporté dans la foulée le soutien des communistes franciliens. Un joli coup, alors que Jean-Luc Mélenchon peine pour l’instant à rallier le PCF à sa candidature présidentielle. « Le profil de Clémentine est une très bonne synthèse sur les sujets de luttes sociales et d’écologie, juge Martine Billard, cadre de LFI. C’est la personnalité qui pouvait être le mieux acceptée par nos deux forces politiques ». Si la composition de ses troupes n’a pas encore été dévoilée, la championne de LFI confirme quelques noms. Ainsi l’urgentiste et syndicaliste CGT Christophe Prudhomme sera-t-il tête de(...)


Lire la suite sur Paris Match