Elections régionales : Castex privilégie "à ce stade" le maintien en juin

·2 min de lecture

Alors que les élections régionales et départementales ont déjà été reportées de mars à juin, en raison de la crise sanitaire, Jean Castex a indiqué jeudi devant le Sénat que le gouvernement privilégie "à ce stade" le maintien de ces scrutins en juin.

Le gouvernement privilégie "à ce stade" le maintien en juin des élections régionales et départementales si les conditions sanitaires peuvent être respectées sans "altérer l’expression libre et sécurisée du vote de nos concitoyens", a affirmé jeudi Jean Castex au Sénat.

Le Premier ministre a rappelé avoir reçu lundi un "avis particulièrement balancé" du Conseil scientifique, qui "ne préconise pas explicitement un report des élections", lors d'une allocution revenant sur les mesures de restrictions prononcées la veille par Emmanuel Macron."C'est donc clairement le scénario de leur maintien que nous privilégions à ce stade", a-t-il assuré. Ces élections ont déjà été repoussées de mars à juin en raison de la crise sanitaire.

Selon le chef du gouvernement, les mesures annoncées la veille par Emmanuel Macron pour freiner la troisième vague et l'accélération de la vaccination "devraient avoir pour effet d'améliorer la situation sanitaire à l’échéance du mois de juin".

Mais Jean Castex a prévenu que "le Conseil scientifique formulait des recommandations précises quant aux conditions de l'organisation et de la tenue de ces élections" et rappelé que les nouvelles restrictions annoncées la veille "pourraient avoir un effet sur le déroulement de la campagne". "Nous avons donc le devoir de nous assurer que l’ensemble de ces conditions pourront être effectivement satisfaites et que leur mise en œuvre très concrète ne viendra pas altérer l’expression libre et sécurisée du vote de nos concitoyens", a expliqué le chef du gouvernement.

Tour de table des partis politiques

Il a réitéré devant les sénateurs sa volonté, annoncée le matin à l'Assemblée nationale, d'organiser un débat au Parlement, après avoir consulté les partis politiques,(...)


Lire la suite sur Paris Match