Elections, pandémie, populisme : quand les séries télévisées lancent l'alerte

·1 min de lecture

Les séries télévisées ont un pouvoir démocratique incomparable. Leur appartenance à la culture dite populaire, leur variété et leur audience, comme leur place désormais dans le débat public, leur confèrent une puissance d'énonciation qui a des effets politiques. À la fois au sens où nombre de séries sont devenues des arènes de discussion, entre showrunners, spectateurs, spécialistes et fans, mais aussi parce qu'elles sont de nouvelles formes d'empowerment des individus et des citoyens.

Comme a pu le montrer Sandra Laugier, elles exposent des dilemmes moraux et des situations problématiques et attendent du spectateur-citoyen qu'il y réagisse, tout en étant édifié par ce qu'il regarde. Les séries sont ainsi appropriées par des collectifs variés, qui peuvent s'y retrouver et en faire un usage militant.

Sous cet aspect, une des missions explicites que leurs créateurs se donnent est de passer par la fiction pour alerter sur le réel, pour dénoncer des dérives politiques, des pratiques dangereuses pour la planète et les populations, et finalement pour mobiliser sur des sujets d'importance. Comme toutes lanceuses d'alerte, les séries ont droit à notre attention et à notre protection.

La montée des périls

La longue durée narrative qui caractérise la forme sérielle permet de filmer des processus politiques, d'éclairer des dynamiques structurelles, et en particulier ceux qui construisent une société autoritaire ou totalitaire. Dans The Handmaid's Tale (2017, en français La servante écarl...


Lire la suite sur LeJDD