Elections municipales 2020 : comment expliquer "la débâcle prévue" de la République en marche lors du second tour ?

franceinfo

"Nous éprouvons une déception" face à des scores parfois "extrêmement décevants", a reconnu la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, dimanche 28 juin sur France 2. Dans les grandes villes françaises, la majorité présidentielle n'est arrivée en tête qu'au Havre (Seine-Maritime) avec Edouard Philippe, lors du second tour des élections municipales, dimanche. La République en marche (LREM) subit ainsi de lourdes défaites à Bordeaux, Strasbourg et Lyon face aux écologistes, malgré des alliances avec la droite.

>> Municipales 2020 : suivez les résultats, analyses et réactions dans notre direct

Si le Premier ministre, Edouard Philippe, l'emporte confortablement au Havre avec près de 59% des voix, les scores de candidats de la majorité présidentielle sont décevants dans nombre de grandes villes françaises, comme à Paris où Agnès Buzyn ne recueille que 13,3% des voix, arrivant troisième derrière Anne Hidalgo (48,7%) et Rachida Dati (33,8%), d'après une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et les chaînes parlementaires.

"Il y a des endroits où notre propre division interne a conduit à des scores extrêmement divisants", a souligné Sibeth Ndiaye. Comme à Paris avec la candidature de Cédric (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi