Élections américaines : la liesse et le soulagement des partisans de Joe Biden après sa victoire

·4 min de lecture

Les partisans de Joe Biden ont donné libre cours à leur joie samedi à l'annonce de sa victoire. Tambourinant, klaxonnant et lançant des feux d'artifice dans plusieurs villes à travers les États-Unis pour mieux marquer la fin d'une élection tendue jusque dans le long suspense du dépouillement.

Le soulagement a rapidement gagné Washington samedi. Cette ville farouchement anti-Trump a soudain entendu d'innombrables personnes fêter la victoire de Joe Biden, sur les balcons avec des casseroles, dans la rue avec des klaxons ou en criant leur joie dans la ville.

Sous un soleil quasiment estival, une foule importante a alors commencé à se diriger vers la Maison Blanche et la Black Lives Matter Plaza, une partie de l'artère menant à la résidence présidentielle ainsi renommée au printemps dernier pour dénoncer les violences policières contre les Africains-Américains. Beaucoup de manifestants sont arrivés avec une bouteille de champagne à la main pour célébrer dignement cet événement.

Les rues autour du 1 600, Pennsylvania Avenue avaient des airs de fête, et un groupe de "go-go", un genre musical proche du funk typique de la capitale, faisait danser les manifestants sur la place McPherson. Un contraste frappant avec 2016, lorsque Washington, bastion démocrate qui avait voté à plus de 90 % pour Hillary Cinton, avait appris, sonné, la victoire de Donald Trump.

Agitant des drapeaux "Biden-Harris", tous ou presque masqués pour cause de pandémie, les manifestants levaient le poing, se félicitaient, poussaient des cris de joie. Très remarqué, l'un d'eux, armé d'un haut-parleur, faisait flotter un ballon représentant Donald Trump en bébé grincheux, et circulait pour le plus grand plaisir des autres en chantonnant "Tu es viré, Donald Trump, tu es viré", en référence au gimmick "You're fired", sans cesse employé par Trump dans son émission de télé-réalité, "The Apprentice".

Pour Alex, une manifestante de 30 ans qui travaille dans un centre de recherches de la capitale, l'événement signe aussi la fin de quatre jours "d'angoisse" et "de gros maux d'estomac". "Je suis heureuse, pleine d'espoir. J'étais pessimiste" mais la victoire de Joe Biden "montre que nous pouvons encore croire au rêve américain, que nous pouvons être à la hauteur de nos idéaux", dit-elle, moitié du visage cachée par un masque "Biden-Harris".

Après le tumulte des quatre dernières années, Harold, de passage à Washington depuis San Francisco, a hâte que la vie publique soit plus apaisée. Cet homme noir de 48 ans, pour qui le mandat de Donald Trump a été "très, très pesant" du fait de la libération chez certains d'une parole raciste, pense que Joe Biden "apportera [du calme] dans le cœur et l'esprit de beaucoup de gens".

La fête au pied de la Trump Tower

Comme dans la capitale fédérale, des milliers de personnes sont descendues exprimer leur bonheur dans la rue à Philadelphie, Atlanta ou New York, ville natale du président Trump, où les rues de Manhattan ont retenti de cris et de klaxons dès l'annonce de sa défaite. Des milliers de personnes, dûment masquées, ont convergé vers des points stratégiques, à Columbus Circle, en bordure de Central Park, à Times Square ou devant la Trump Tower, où siège la Trump Organization sur la 5e Avenue, et où habitait Trump jusqu'à son départ pour Washington en 2016.

"Je suis submergé par la joie", dit aussi Bernie, 84 ans, en prenant bagels et café près de la Trump Tower. "Tous les matins, on vient ici et on critique Trump, ça durait depuis quatre ans, c'était trop. On le détestait du jour où il est arrivé au pouvoir. […] Il a été un président de rien du tout, avec un ego surdimensionné et zéro talent".

Une foule s'est aussi rassemblée dans le quartier de Brooklyn, à l'entrée du très populaire Prospect Park, chantant et dansant sous les confettis. La victoire de Biden "change tout, change ce qui est possible", a déclaré aux journalistes le maire démocrate Bill de Blasio, qui était de la partie.

Lui qui demandait en vain une aide du gouvernement fédéral, pour compenser le "trou" de plusieurs milliards de dollars qu'a causé la pandémie dans les caisses municipales, espère maintenant être entendu à Washington. D'autres leaders politiques étaient dans la rue, comme le leader des démocrates au Sénat, Chuck Schumer. "La longue nuit américaine est terminée, l'aube arrive", a-t-il tweeté.

À plusieurs milliers de kilomètres de là, l'annonce de la victoire de Joe Biden à la Maison Blanche a aussi été accueillie dans la joie : des migrants installés dans le nord du Mexique ont manifesté leur espoir de pouvoir bientôt gagner les États-Unis. Dans la ville frontalière de Tijuana, qui jouxte San Diego en Californie, des migrants, la plupart venus d'Haïti, ont ainsi agité des drapeaux américains en signe de liesse, alors que des coups de klaxons retentissaient, peu après l'annonce de la victoire du candidat démocrate.

Avec AFP et Reuters