Election présidentielle de 2022 : cinq questions sur la proposition de vote par anticipation

franceinfo
·1 min de lecture

Il s'agirait d'une première en France. Le gouvernement a présenté au Sénat, mardi 16 février, un amendement dont l'objectif est de permettre le vote par anticipation pour l'élection présidentielle de 2022. L'amendement a été ajouté au dernier moment à un texte sur l'organisation technique du scrutin présidentiel. Il a été rejeté mercredi par la commission des lois du Sénat, mais sera encore présenté jeudi au vote de tous les sénateurs. Franceinfo vous explique les modalités de cette proposition et le débat qu'elle suscite.

1Comment fonctionne ce vote ?

Beaucoup d'éléments sont encore à préciser. Pour l'instant, l'amendement prévoit juste un vote par anticipation dans certains bureaux, via une machine à voter, à une "date fixée par décret, durant la semaine précédant le scrutin". Le vote se déroulerait aux horaires prévus par le Code électoral "sur une machine à voter d’un modèle agréé". Il ne serait pas possible de voter par procuration lors de ce vote par anticipation.

Les électeurs pourraient par ailleurs "demander à voter dans une autre commune de leur choix parmi une liste de communes arrêtées par le ministre de l'Intérieur". Pour éviter les fraudes et les cas de double vote, il est prévu d'inscrire une mention sur la liste électorale de la commune d'inscription de l'électeur. "A l'inverse, s'il n'a finalement pas voté par anticipation, il peut voter dans son bureau de vote", précise l'amendement.

2Quel est l'objectif ?

"L'objectif, c'est de faire baisser (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi