Dans les Ehpad, des "papoteuses" sortent les résidents de leur isolement

·1 min de lecture

C'est un rituel qui la maintient en forme. Deux fois par semaine depuis décembre, Annie Duval guette l’appel de Patricia. Dès la première sonnerie, la centenaire se redresse dans son lit et agrippe le téléphone fixe. Patricia travaille pour la start-up Brin de Causette, qui met en relation des résidents d'Ehpad et des "papoteuse", chargées de maintenir avec eux des relations sociales et les aider à garder une bonne estime de soi. "On a toujours des choses à se raconter", sourit Annie Duval. 

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

Faire preuve d’empathie, entretenir une conversation, gérer la détresse… Des compétences que Patricia a pu valoriser, après 20 ans de secrétariat médical. Devenue papoteuse l’an dernier, elle suit désormais cinq personnes dépendantes. "On crée un lien avec ces personnes âgées alors on connait un peu leur attitude, leur façon de parler. Ça nous permet de détecter tout de suite s’il y a un problème, et de faire remonter à la direction pour que ça ne prenne pas des proportions inquiétantes", explique Patricia. 

Rendre le "care management" plus attractif

Les structures comme Brin de causette aimeraient faire reconnaître le métier de papoteuse afin d'instaurer des conventions collectives, proposer des formations certifiées et attirer de la main d'œuvre. Car c'est là le principal enjeu actuel du "care management" : rendre les métiers d'aide à la personne plus attractifs. D’après Pôle emploi, neuf dirigeants sur dix peinent à r...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles