Eh non, la race de votre chien ne détermine pas sa personnalité

Eh non, la race de votre chien ne détermine pas sa personnalité

Contrairement à une idée largement répandue, le comportement de votre chien ne dépend pas de sa race. C’est ce que montre une vaste étude parue dans Science. La célèbre revue américaine a même décidé d’en faire la une de son édition datée du 29 avril, illustrée par une galerie de portraits de toutous.

“Les travaux de Kathleen Morrill et son équipe montrent que presque aucun des comportements généralement associés à une race de chiens – des labradors affectueux aux pitbulls agressifs – n’est véritablement inné”, rapporte Science dans un article destiné au grand public. En moyenne, seuls 9 % des différences de personnalité entre deux chiens peuvent être reliées à leur race, d’après cette étude. “À l’exception de quelques caractéristiques très anciennes, l’environnement semble jouer un rôle bien plus prépondérant que le pedigree”, précise la revue scientifique.

Pour Elaine Ostrander, spécialiste en génétique canine à l’institut américain de recherche sur le génome humain, qui n’a pas participé aux travaux, c’est une découverte majeure dans notre façon de penser le comportement des chiens”. Elle insiste :

“Aucune race n’a de comportement vraiment propre.

L’étude porte sur la comparaison des résultats d’enquêtes menées auprès de propriétaires de 18 385 chiens (49 % de lignée pure) et de données génétiques – dont des génomes entièrement séquencés – de 2 155 d’entre eux, récoltées dans le cadre du projet Darwin’s Ark. Au total, 128 races pures ou mélangées sont représentées.

L’ADN gouverne l’apparence

En ce qui concerne l’apparence de ces animaux, les gènes font la loi. L’équipe a découvert qu’au moins 80 % de leurs traits physiques peuvent être reliés à l’ADN. Mais pour les comportements, c’est une autre histoire. La plupart de ceux-ci, comme être joueur ou même faire un cercle sur soi-même avant de déféquer, n’ont pas pu être expliqués par la génétique.

Certains comportements semblent néanmoins plus “héritables” que d’autres. C’est le cas de la sociabilité avec les humains ou de la capacité à rapporter des objets. Des caractéristiques qui ont pu être sélectionnées par nos ancêtres au début de la domestication des chiens.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles