Egypte : le président Mohamed Morsi annule le décret renforçant ses pouvoirs

Le président égyptien Mohamed Morsi a annulé samedi soir le décret par lequel il s'était octroyé des pouvoirs renforcés, provoquant une grave crise politique, a annoncé un participant à une rencontre entre le chef de l’Etat et des personnalités politiques.

«Le décret constitutionnel est annulé à partir de maintenant», a assuré Selim al-Awa, un homme politique islamiste, en faisant le compte-rendu de la rencontre lors d’une conférence de presse à la présidence.

M. Morsi a en revanche confirmé la date du 15 décembre pour la tenue d’un référendum sur un projet controversé de Constitution, car la modifier est légalement impossible, a-t-il ajouté.

«Le président était présent pendant toute la réunion et a affirmé qu’il acceptait et qu’il s’engageait à respecter les décisions qui y ont été prises», a rapporté M. Awa.

A lire aussi : notre dossier : l'Egypte après la révolution

Le décret, pris par le chef de l’Etat le 22 novembre, a provoqué une forte vague de contestation en Egypte, accompagnée de manifestations qui ont parfois pris un tour violent, avec la mort de sept personnes dans la nuit de mercredi à jeudi au Caire.

L’opposition s’est également polarisée autour du projet de Constitution que le pouvoir entendait soumettre à référendum le 15 décembre. Elle accuse le texte d’ouvrir la voie à une islamisation accrue de la législation et de manquer de garanties pour les libertés, notamment d’expression et de religion.

Pour tenter d’apaiser les tensions, M. Morsi a chargé samedi une commission composée de juristes et de personnalités politiques «de modifier la déclaration constitutionnelle», avait déclaré le Premier ministre Hicham Qandil plus tôt dans la soirée.

(AFP)



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

A Doha, un accord surprise sur le climat
Le ravisseur de plusieurs Français au Sahel crée un nouveau groupe armé
Nelson Mandela hospitalisé «pour subir des examens»
Berlusconi revient en politique
En Egypte, l'armée appelle pouvoir et opposition au dialogue
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.