Egypte : la mort de l'ex-président Morsi, un "assassinat arbitraire", selon des experts de l'ONU

franceinfo Afrique avec agences

Des experts indépendants de l'ONU ont estimé le 8 novembre dans un rapport que la mort de l'ancien président égyptien Mohamed Morsi, décédé en juin 2019 après s'être effondré pendant son procès dans un tribunal du Caire, pouvait s'apparenter à un "assassinat arbitraire sanctionné par l'Etat".

"Morsi était détenu dans des conditions qui ne peuvent être décrites que comme étant brutales, notamment pendant sa détention durant cinq ans dans le centre pénitentiaire de Tora", ont écrit les experts dans un communiqué. Sa mort "après avoir subi ces conditions pourrait s'apparenter à un assassinat arbitraire sanctionné par l'Etat", a estimé l'équipe des experts, dirigée par la rapporteuse spéciale Agnès Callamard et le Groupe de travail de l'ONU sur les détentions arbitraires.

Mohamed Morsi était emprisonné depuis juillet 2013

Issu de la confrérie des Frères musulmans, Mohamed Morsi, premier civil démocratiquement élu à la présidence de l'Egypte, était emprisonné depuis juillet 2013, date du coup d'Etat d'Abdel Fattah al-Sissi, chef de l'armée à l'époque et actuellement président de l'Egypte. L'ex-président a passé près de six ans en prison à l'isolement et a été privé de soins "pour son diabète et son hypertension", selon les experts.

Pourtant, ont-ils souligné, "les autorités étaient prévenues d'une manière répétée" (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi