EGYPTE. Morsi a demandé de modifier le décret sur ses pouvoirs

Le président égyptien Mohamed Morsi semblait prêt samedi 8 décembre à faire des concessions face au mouvement de protestation contre l'extension de ses pouvoirs et un projet de Constitution, après un appel de l'armée au dialogue pour éviter un "désastre" au pays.

Le Premier ministre Hicham Qandil a déclaré qu'un comité de six experts avait été chargé de "modifier" le décret du 22 novembre par lequel le président islamiste a étendu ses pouvoirs et les a placés au dessus de tout recours en justice, déclenchant la pire crise politique depuis son élection fin juin.

Les travaux du comité devraient aboutir samedi soir ou dimanche matin, a-t-il ajouté sur une chaîne privée.

Mohamed Morsi a aussi demandé "de trouver une solution juridique qui permette de reporter le référendum" sur un projet de Constitution lui aussi très critiqué par l'opposition, prévu le 15 décembre, a poursuivi Hicham Qandil.

Journée riche en rebondissements

Cette annonce est survenue quelques instants après que la principale coalition de l'opposition, le Front du salut national (FSN), a appelé à poursuivre le mouvement de protestation jusqu'à ce que ses "revendications légitimes et pacifiques se concrétisent".

Le FSN a également laissé planer une menace de grève générale.

Mais les formations islamistes qui soutiennent Mohamed Morsi, parmi lesquels le puissant mouvement des Frères musulmans dont est issu le président, ont durci le ton, refusant catégoriquement tout report du référendum constitutionnel.

Durant cette journée riche en rebondissements, l'influente armée égyptienne est sortie de sa réserve et a sommé le pouvoir (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

EGYPTE. Morsi a demandé de modifier le décret sur ses pouvoirs
EGYPTE. L'armée en faveur du "dialogue" pour résoudre la crise
EGYPTE. Les anti-Morsi encerclent le palais présidentiel
EGYPTE Le cri d'alarme des anti-Morsi : "On a lâché les chiens"
EGYPTE. L'allocution de Morsi ne convainc pas
EGYPTE. L'armée appelle à évacuer les abords de la présidence
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.