Egypte : "L'armée a voulu réagir avant qu'il ne soit trop tard"

Fabien Magnenou
Egypte : "L'armée a voulu réagir avant qu'il ne soit trop tard"

L'armée égyptienne entre en scène. Discret jusque-là, le commandement militaire a commencé à abattre ses cartes, lundi 1er juillet, dans le duel entre opposants et sympathisants du président Mohamed Morsi. Le général Abdel Fattah Al-Sissi est apparu à la télévision où il a lu un communiqué qui accorde 48 heures au gouvernement pour satisfaire les "demandes du peuple". Faute de quoi, l'armée imposera sa "propre feuille de route".

Accueilli avec joie par les manifestants massés sur la place Tahrir, l'ultimatum a été rejeté le lendemain par la présidence. Avec ce geste fort de l'armée, Mohamed Morsi apparaît de plus en plus isolé. Quatre de ses ministres avaient déjà démissionné. Celui des Affaires étrangères a jeté l'éponge à son tour, mardi. Pour comprendre le rôle de l'armée dans ce conflit, francetv info a contacté Hasni Abidi, directeur du Centre d'études et de recherches sur le monde arabe et méditerranéen, à Genève (Suisse).

Francetv info : Hier, le général Abdel Fattah Al-Sissi n'a pas demandé explicitement la démission du président Mohamed Morsi. Mais personne n’est dupe. A quoi joue l’armée ?

Hasni Abidi : L'armée joue sa crédibilité et son avenir dans ce bras de fer. Dans un premier communiqué, elle avait donné une semaine à la classe politique pour trouver un accord. Mais depuis, plus rien. Certaines voix regrettaient que l'armée ne soit plus écoutée, alors qu'elle jouit toujours d'une bonne image, solidaire du peuple.

Hier, l'armée a finalement brisé le silence. Quel a été l'élément déclencheur ?

Lors de la manifestation du 30 juin, le mouvement Tamarrod a lancé un ultimatum au président Morsi, annonçant une campagne de "désobéissance civile" – donc en marge du pouvoir et de l'armée. Cette dernière a donc anticipé des sit-ins et des manifestations coordonnées qui lui auraient échappé.

Et puis, l'armée dispose de services de renseignements performants. Elle savait que (...)

Lire la suite sur Francetv info

Egypte : qui sont les manifestants anti-Morsi ?