Egalité professionnelle : les entreprises loin d'être parfaites

·1 min de lecture

Peu d'entreprises obtiennent le meilleur score à l'index d'égalité professionnelle mis en place par le gouvernement.

Deux pour cent : c'est la faible proportion d’entreprises qui atteignent cette année 100 points, le score maximum, à l’index d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, mesuré pour la troisième année consécutive et concernant désormais les entreprises de plus de 50 salariés. Parmi elles, Transdev, la Française des Jeux ou AstraZeneca.

Le ministère du Travail, qui salue le taux de répondants (70%), en progression, constate une note moyenne de 85 points à cet index qui tient compte de plusieurs critères, comme l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes, celui dans les taux de promotions, la réévaluation des rémunérations au retour du congé maternité prévue par la loi, ou la présence de femmes parmi les 10 plus hautes rémunérations de la société. Ces deux derniers critères sont particulièrement mal respectés. A l’indicateur sur le retour après un congé maternité, 13% des entreprises ont un score de zéro et presque la moitié des répondantes (43%) comptent moins de deux femmes parmi leurs 10 plus hautes rémunérations.

Une cinquantaine d'entreprises en zone rouge

Le ministère a par ailleurs repéré «une cinquantaine d’entreprises en zone rouge, car elles ont moins de 75 points pour la troisième année consécutive». Ces dernières encourent des sanctions allant jusqu’à 1% de leur masse salariale l’an prochain si elles ne s’améliorent pas et ne mettent pas en œuvre des mesures pour remédier à ces inégalités. Cafpi ou Mr Bricolage sont dans ce cas.


Retrouvez cet article sur Paris Match