Effondrement d'un pont en Inde : la douleur et la colère des proches des victimes

© Rafiq Maqbool

L'entreprise chargée de la rénovation du pont de Morbi dont l'effondrement a fait 135 morts dont 47 enfants dimanche dans l'ouest de l'Inde, a été mise en cause par un procureur au vu des premiers éléments d'enquête. Selon la police, le principal câble de soutènement rouillé n'avait pas été changé et un revêtement trop lourd avait été posé sur le vieil ouvrage datant de l'époque coloniale, fragilisant la structure.

À lire aussi Effondrement d'un pont en Inde : 137 morts et des premières arrestations

Environ 500 personnes s'étaient massées sur ce pont piétonnier pour les fêtes de Diwali, à environ 200 kilomètres à l'ouest d'Ahmedabad, la principale ville de l'Etat du Gujarat. Neuf personnes liées au groupe local Oreva, fabricant d'horloges et de vélos électriques, mais aussi gestionnaire du pont, ont déjà été arrêtées pour homicides involontaires, après la catastrophe, l'une des pires en Inde depuis des décennies.

Oreva "a engagé des entrepreneurs qui n'étaient pas assez qualifiés", a affirmé à la presse le procureur général Harshendu Panchal, après une audience préliminaire, mardi soir. "Le câble principal du pont n'a pas été changé pendant la rénovation", a-t-il ajouté. "La police pense également que le poids du pont a été augmenté par quatre couches d'aluminium de revêtement pédestre posées par les entrepreneurs, ce qui pourrait avoir provoqué l'effondrement du pont", a-t-il poursuivi.

Le pont venait de rouvrir

Le pont de 233 mètres de long, une attraction to...


Lire la suite sur ParisMatch