Les effets secondaires du vaccin AstraZeneca ne remettent pas en cause son efficacité

·3 min de lecture

Le vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19 qui est agréé pour les moins de 65 ans suscite des interrogation depuis que plusieurs hôpitaux ont suspendu leur campagne de vaccination interne en raison de malaises, et de symptômes de type fièvre et nausée chez le personnel vacciné. Son efficacité n'est cependant pas remise en question.

Fièvres, nausées, courbatures ou maux de têtes ces symptômes après l'injection du vaccin AstraZenenca sont connus, attendus mais ne sont pas graves.

« Je confirme, et ça on le savait depuis le début que c'est un vaccin qui a des effets secondaires au moment de l'injection qui sont un peu plus importants que sur d'autres vaccins, explique Pascal Charbonnel, médecin généraliste, au micro de Sylvie Koffi du service France de RFI. Ils ne sont absolument pas graves, ça dure 48 heures avec un petit symptôme grippal, un peu de fièvre, des courbatures... Donc on est un peu cuit pendant deux jours. Ça représente environ 10 à 15% des personnes vaccinées et en termes de rapport efficacité / risque il n'y a pas photo, en termes d'organisation des services quand on vaccine tout le monde, il faut être un peu prudent par rapport à ça ».

Pour la vaccination du personnel médical, le praticien conseille donc d'y aller progressivement pour éviter certains services ne se retrouvent avec 10 à 15% de personnel absent à cause de ces effets secondaires bénins. Il faut donc s'organiser pour vacciner par petites vagues.

Un vaccin parfaitement efficace

Le vaccin d'AstraZeneca malgré ces effets secondaires reste parfaitement efficace. « On a un vaccin dont l'objectif est d'éviter les formes graves et il est efficace à 95%, détaille Pascal Charbonnel. Il est moins efficace sur l'objectif de ne pas contracter la maladie, en ce sens le vaccin de Pfizer est un peu plus efficace, mais ce n'est pas l'objectif que l'on recherche, l'objectif c'est d'éviter les formes graves ».

Selon le praticien, l'utilisation du vaccin AstraZeneca n'est ainsi absolument pas remise en cause. « On pourrait dire par exemple que se vacciner avec AstraZeneca, c'est comme rouler à 135 km/h sur l'autoroute alors que c'est limité à 130. Cela revient à prendre un petit risque supplémentaire alors que ne pas se vacciner, c'est rouler à contre-sens sur l'autoroute... Le sur-risque que l'on prend en se vaccinant est totalement minime par rapport au risque que l'on prend si on ne se vaccine pas ».

Pour l'instant le vaccin d'AstraZeneca est agréé pour les personnes de moins de 65 ans, car les études disponibles pour les plus de 65 ans ne sont pas encore totalement avancées.

Alors qu'AstraZeneca arrive dans les pharmacies et les cabinets médicaux, le médecin généraliste se réjouit de ce déploiement qui va lui permettre de vacciner les patients les plus fragiles en France. L'arrivée de ce vaccin constitue un « vrai changement de dimension de la vaccination », conclut le médecin.