Les effets étonnants du confinement sur notre sexualité

Pauline Machado / Terrafemina
Une personne sur trois avoue avoir plus d’appétit sexuel qu’avant le confinement, et une personne sur quatre trouve que son ou sa partenaire a plus de désir qu’à l’accoutumée.

SEXUALITÉ - Il faut croire que la distanciation sociale file des idées. De cul, principalement. Car depuis qu’on doit tous(te)s rester chez soi pour endiguer l’épidémie du nouveau coronavirus, notre excitation grimperait en flèche.

Et ça vaut pour les couples qui ont la chance d’être ensemble, mais pas uniquement. Les confiné(e)s isolé(e)s et séparé(e)s aussi auraient chaud. Et davantage tendance à se faire du bien qu’en temps normal. Bonne nouvelle.

Plus d’appétit sexuel qu’avant le confinement 

C’est WeVibe, société de sextoys connectés, qui est à l’origine d’une enquête qui met le doigt sur ce sujet sulfureux. Après avoir interrogé 1200 personnes sur leurs habitudes sexuelles alors que les déplacements extérieurs sont extrêmement limités, elle en vient à la conclusion que les Français(e)s passent un temps fou à faire l’amour, à deux ou en solo. Préliminaires, masturbation, positions inédites, lieux insolites... L’imagination ne manque pas et le désir s’accroît.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : une personne sur trois avoue avoir plus d’appétit sexuel qu’avant le confinement, et une personne sur quatre trouve que son ou sa partenaire a plus de désir qu’à l’accoutumée. 50 % des couples ensemble pendant le confinement et 73 % des couples vivant le confinement séparément affirment même ressentir davantage l’envie de se masturber. Une aubaine pour moins s’ennuyer le week-end. Et qui ne reste pas à l’état de fantasme, puisqu’une personne sur cinq qui se trouve en quarantaine avec son partenaire déclare s’adonner aux plaisirs de la chair beaucoup plus souvent qu’avant. Excitant.

Et en même temps, est-ce vraiment si étonnant ?

Lire la suite sur:

À voir également sur Le HuffPost: Pour prendre du plaisir à deux, commencez par là

LIRE AUSSI:

Retrouvez cet article sur le Huffington Post