Les effectifs de l'opération Sentinelle réduits à 3.000 militaires

·1 min de lecture

Le nombre de militaires déployés en France dans le cadre de l'opération Sentinelle, porté à 7.000 l'automne dernier après un attentat dans la basilique de Nice, va revenir à 3.000, a indiqué lundi à l'AFP l'état-major des armées. Cette réduction de voilure, révélée par le blog spécialisé Le Mamouth, fait suite à la baisse début mars du niveau d'alerte Vigipirate sur le territoire national au niveau "risque attentat" contre un précédent niveau "urgence attentat". "Ce niveau d'alerte atteste d'un niveau de menace élevé, mais moindre qu'à la fin 2020", précise le site internet du gouvernement.

"Sentinelle est un poids à gérer. Nous sommes en train de l'adapter"

Le président Emmanuel Macron avait annoncé fin octobre le passage de Sentinelle de 3.000 à 7.000 hommes après l'attaque "terroriste islamiste" survenu dans la basilique Notre-Dame de Nice, qui avait fait trois morts. "Sentinelle est un poids à gérer. Nous sommes en train de l'adapter", avait confié plus tôt lundi le commandant des forces terrestres, le général Vincent Guionie, lors d'une rencontre avec quelques journalistes à Lille. "On estime que l'effet d'un renforcement de Sentinelle à un impact de réassurance entre 4 et 6 semaines. Au delà, c'est moins vrai", a-t-il fait valoir.

"Les armées restent impliquées dans la durée dans la lutte antiterroriste"

"Les armées restent impliquées dans la durée dans la lutte antiterroriste" sur le territoire national, mais "cette implication doit être en permanence adaptée à la menac...


Lire la suite sur Europe1