Education : Jean-Michel Blanquer veut interdire les téléphones portables au collège

franceinfo avec AFP et Reuters
Education : Jean-Michel Blanquer veut interdire les téléphones portables au collège

Ce ne sera pas simple comme un coup de fil. Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, veut mettre en œuvre la promesse de campagne d'Emmanuel Macron d'interdire les téléphones portables au collège, a-t-il déclaré dans un entretien à

L'Express, mercredi 13 septembre.

"L'usage des téléphones portables est interdit en classe, rappelle Jean-Michel Blanquer. Avec les principaux, les professeurs et les parents, nous devons trouver le moyen de protéger nos élèves de la dispersion occasionnée par les écrans et les téléphones." Il cite en exemple le Conseil des ministres, où les téléphones portables sont censés rester à l'entrée. "Il me semble que cela est faisable pour tout groupe humain", explique-t-il.

Les conditions "ne sont pas réunies", selon la Peep

La Peep, une des deux grandes fédérations de parents d'élèves dans les établissements scolaires publics, s'est montré sceptique quant à cette interdiction. "Pour nous, ce n'est pas une question déterminante. Le président en avait parlé pendant sa campagne. La question est : 'Comment fait-on ?'", a déclaré Gérard Pommier, le président de la Peep.

"Nous ne pensons pas que les conditions soient réunies, poursuit Gérard Pommier. Imaginons un collège de 600 élèves. Ils mettent tous leur téléphone dans une boîte ? Comment fait-on pour les stocker ? Et pour les restituer à leur propriétaire à la fin des cours ?", a ajouté le président de la Peep, qui pointe des problèmes de locaux et de personnel.

Retrouvez cet article sur Francetv info

Dépenses par élève, rythmes scolaires... Cinq choses à retenir du rapport annuel de l'OCDE sur l'éducation française
Accueillir tous les étudiants sans tirage au sort : le casse-tête de l'université de Strasbourg
Les réseaux sociaux se moquent de la croisade de la députée LR Valérie Boyer
Cher : la centrale nucléaire sous surveillance renforcée
Bas-Rhin : ouverture du procès pour les auteurs présumés des profanations du cimetière juif

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages