Edouard Philippe : aux origines de sa rupture avec Emmanuel Macron

·1 min de lecture

Le mercredi 7 avril sortait Impressions et lignes claires, le premier ouvrage post-gouvernement d’Edouard Philippe rédigé avec son ami et député européen Gilles Boyer. L’ancien Premier ministre y revient sur les 1145 journées passées à la tête du premier gouvernement d’Emmanuel Macron, avant que celui-ci ne prenne la décision de se séparer de lui. Au détour d’une page, le compagnon d’Edith Chabre écrit la phrase suivante : « Les raisons qui peuvent pousser un président à changer ou à garder son Premier ministre sont, à la vérité, un peu mystérieuses, et n’appartiennent qu’à lui. » Ce sont ses raisons qu’a tenté d’éclairer le journaliste Hervé Gattegno dans les colonnes du JDD ce dimanche 18 avril. Car les « anicroches » entre les deux hommes ont finalement eu raison de leur relation de confiance : « Macron-Philippe, c’est la rencontre du type le plus soupçonneux du monde avec le type le plus susceptible du monde; un parano et un orgueilleux, ça ne pouvait pas être simple », explique un haut dirigeant de la majorité.

Les premières tensions apparaissent à l’automne 2018, lorsque les Gilets Jaunes manifestent leur opposition à la taxe sur le gazole ainsi qu’à la limitation de la vitesse à 80km/h. Un ministre balance : « « La taxe sur le gazole, les 80 km/h, c’est lui. À ce moment-là, il s’est mis à personnifier la raideur technocratique. » À la fin de cette même année, Edouard Philippe suggère une première fois son remplacement au président : « J’ai dit au président que s’il a besoin (...)

Lire la suite sur le site de Voici

"Le gens te manipulent comme un objet" : Delphine Wespiser harcelée pendant son année de Miss France, elle se confie
The Voice 2021 : Amel Bent choisit de garder Anik au détriment de Sonia, les internautes divisés
Thierry Ardisson : comment il a ressuscité Jean Gabin pour sa nouvelle émission surprenante
Jean-Luc Reichmann : ce qu'il ne fait plus avec ses enfants depuis l'apparition de la Covid-19
Obsèques du prince Philip : la réaction du prince Charles à la présence de son fils Harry à la cérémonie