Edouard Philippe au pied du mur : Emmanuel Macron le court-circuite encore

"La liberté va redevenir la règle et l’interdiction l’exception." Par cette simple phrase, le Premier ministre Edouard Philippe a résumé ce 28 mai la deuxième phase de déconfinement, dont le début a été acté au 2 juin. Levée de la limite des 100 kilomètres, réouverture des lycées, des cafés-restaurants et des parcs... Les Français retrouveront un début de liberté, qui devrait aboutir au 22 juin à une reprise quasi-normale de la vie quotidienne. Si à la caméra, le chef du gouvernement, que l'on dit sur la sellette, se félicite des résultats sur le plan sanitaire, il a tout de même tenu à rester prudent en rappelant la présence encore importante du Covid-19 sur le territoire.

Le maire du Havre, semble-t-il tatillon sur l'assouplissement des règles, n'a pas eu le choix. Quelques heures avant ses annonces, l'Elysée a fait fuiter les principales mesures de cette phase 2, rendant impossible tout retour en arrière. Ce nouveau court-circuit semble désormais résumer les relations du duo exécutif, remplies de tensions depuis le début de la crise sanitaire. "Macron a une vision de long terme, beaucoup plus audacieuse. Edouard Philippe veut seulement garder les choses telles qu’elles sont", explique un intime du chef de l'Etat à L'Opinion.

Discordances de date

Le président de la République n'hésite plus à outrepasser le calendrier établi par Matignon, que ce soit, par exemple, pour la réouverture du Puy du Fou pour le 2 juin, ou encore l'annonce même du début du déconfinement. La date du 11

Retrouvez cet article sur GALA

PHOTOS - Port du masque : comment prendre soin de sa peau ?
PHOTOS - Le sac à main LV Pont 9 de Louis Vuitton fait craquer toutes les stars !
Emmanuel Macron "très seul" : cette décision qui a fortement déplu à la majorité
Cyril Lignac a commencé la cuisine "pour être aimé" : ses touchantes confidences
Claude (Koh-Lanta) : ses confidences déchirantes sur la mort de sa mère