Edouard Philippe "émerveillé" par Thomas Pesquet

·2 min de lecture

Sur le plateau de «20h30 le dimanche», diffusé hier soir sur France 2, Thomas Pesquet et Édouard Philippe ont pu échanger sur le prochain voyage dans l’espace de l’astronaute français, qui débutera le 22 avril.

Rencontre entre Normands sur le plateau de «20h30 le dimanche». Hier soir, sur France 2, Édouard Philippe a pu discuter quelques instants avec Thomas Pesquet, qui s’apprête à s’envoler le 22 avril vers la Station spatiale internationale (ISS). L’astronaute français a expliqué qu’il s’était mis en isolement afin «d’être prêt en bonne santé». «Il ne s’agit pas d’emmener la Covid à bord de la station spatiale. Ce serait une assez grande catastrophe», a-t-il expliqué.

L’ancien Premier ministre a pris la parole pour confier à Thomas Pesquet son «admiration» et son «émerveillement» quand «il voit les défis qu’il se fixe». Il en a aussi profité pour raconter une anecdote qui s’était déroulée le 30 juin 2017, au moment de la formation du second gouvernement Édouard Philippe, quelques semaines après la nomination d’Emmanuel Macron : «J’avais été très sensible en 2017 au moment où je devenais Premier ministre. Je lui avais demandé de venir parler aux membres du gouvernement qui venaient d’être nommés de ce que c’était de se préparer à une mission comme celle de partir dans l’espace. Il nous avait tous impressionnés par son sens du collectif, son calme et sa capacité de concentration».

A lire :Thomas Pesquet enfile son nouveau scaphandre SpaceX

Édouard Philippe a ensuite demandé à l’astronaute de 43 ans s’il trouvait son deuxième départ plus «angoissant» que le premier. «Oui, il est plus angoissant, il est plus réfléchi en fait. La première fois, on ne sait pas vraiment à quoi on se prépare. […] Mais on ne sait pas très bien ce qu’il va se passer, comme lorsqu’on se jette d’un avion. La deuxième fois par contre, on sait exactement ce qu’il va se passer. On sait à quel moment ça va faire peur, à quel moment ça va faire mal.»,(...)


Lire la suite sur Paris Match