Edmond (France 2) Cyrano de Bergerac : du théâtre au grand écran

·1 min de lecture

“C’est un roc ! … c’est un pic ! … c’est un cap ! », et c’est un triomphe ! Le 8 janvier 2019, Edmond fêtait sa 700e, au théâtre du Palais-Royal, à Paris. S’y ajoutent les 250 représentations de la tournée en province. Soit, en tout, 950 levers de rideau, à guichets fermés, depuis septembre 2016. Des chiffres fous, rares au théâtre, plus habituels au cinéma. D’ailleurs, l’idée d’un film est née avant celle de la pièce. Jugé trop onéreux à produire par les studios Gaumont, pourtant séduits par le scénario, le long-métrage est alors devenu cette pièce ébouriffante, conçue comme un show de Broadway : « Ça bouge, ça déménage, il y a du monde sur scène (…). Il y a de l’humour, de l’émotion, de la poésie et du rythme », s’emballe Alexis Michalik. Fort de son succès (700 000 spectateurs comblés) et de ses cinq Molières, l’heureux créateur ne s’est pas privé de reproduire, avec bonheur, sur grand écran, la même histoire et la même énergie frénétique, propre au spectacle vivant.

Naissance d’un monument

En 1897, alors que les premières automobiles sillonnent le pavé parisien et que le public n’a d’yeux que pour le french cancan et les comédies de Georges Feydeau, Edmond Rostand, jeune auteur dramatique (incarné ici par Thomas Solivérès), tire le diable par la queue. Il n’a pas encore 30 ans, mais déjà deux enfants, des dettes et plein d’angoisses : depuis deux ans, il est en panne d’inspiration. Sarah Bernhardt (Clémentine Célarié) lui présen... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles