EDITORIAL. Avec les chatbots, gare aux amis virtuels

·2 min de lecture

L'éditorial de Dominique Leglu est extrait du numéro 898 de Sciences et Avenir - La Recherche, qui fait sa couverture sur Icelandia, le continent disparu. Le magazine est disponible chez tous les marchands de journaux, et en numérique.

L'éditorial de Dominique Leglu est extrait de , qui fait sa couverture sur Icelandia, le continent englouti. Le magazine est disponible chez tous les marchands de journaux, et en numérique.

Quiconque a entendu les marins de la transat Jacques-Vabre évoquer ces jours-ci leur bateau aura senti à quel point ils ou elles finissaient par faire corps avec lui. Ce dernier se muant peu ou prou en une personne sur laquelle on peut vraiment compter ou pas. Imaginons le jour où, doté d’une intelligence artificielle douée de langage naturel, le bateau leur parle, les avertissant d’une faiblesse de son mât, pronostiquant la force de la houle ou la formation d’un ouragan. Rien de tel pour définitivement anthropomorphiser l’engin.

Des robots qui discutent

Qui d’entre nous, d’ailleurs, ne s’est pas retrouvé un jour à sermonner sa propre voiture quand, par un froid matin d’hiver, elle refusait de démarrer ? Comment allons-nous nous comporter à l’avenir, suite à des échanges de plus en plus fréquents avec les agents conversationnels — ces « chatbots » ou robots qui discutent — répondant à nos questions et donnant des conseils ? Déjà une réalité pour qui converse avec Siri sur son iPhone ou avec Alexa d’Amazon, appelé avec Disney à se déployer un peu partout. Manipulation douce. Que se passera-t-il demain avec le développement du métavers annoncé récemment par Mark Zuckerberg (lire p. 42) ?

Un extrait de Sciences et Avenir - La Recherche numéro 898.

Dans cet univers virtuel, où tout un chacun est censé vivre via son avatar en 3D parmi d’autres avatars amis, comment détecter les pseudo-personnages... Des robots si persuasifs qu’on les prendrait pour des anges gardiens. À l’heure où la Stratégie nationale pour l’intelligence artificielle (2018-2022) entre dans sa deuxième phase, ce n’est pas un hasard si un avis sur les enjeux éthiques des chatbots vient d’être émis par le Comité national pilote d’éthique du numérique (CNPEN). Les agents conversationnels sont en effet des intermédiaire[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles