EDITO - "Le virus et ses variants restant les maîtres de l'horloge, l'incertitude demeure"