EDITO. Le virus a tout son temps, nous, beaucoup moins…

·2 min de lecture

Editorial de Dominique Leglu, directrice éditoriale du pôle Sciences du groupe Challenges.

Le virus a toujours un temps d’avance. Depuis le début de la pandémie, c’est devenu une évidence - même si cela chagrine les esprits - qui oblige les gouvernements des pays démocratiques à des ajustements permanents, au risque de l’impopularité. Se jouant des frontières, il impose sa loi darwinienne d’évolution, ce qui semble difficile à appréhender, enfermés que nous sommes dans une vision géographique classique. Démunis que nous sommes aussi, pour beaucoup, par manque de compréhension des mécanismes du vivant. Si l’évolution de SARS-CoV-2 n’est pas imprévisible – on aura compris que ce virus ne cesse de muter et plus il circule chez le plus grand nombre, plus il a de chances de muter – il demeure impossible de dire quand pourrait surgir un variant encore plus dangereux. Demain ? Après-demain ? Entendons un variant encore plus contagieux et qui serait capable "d’échappement immunitaire", selon les termes des spécialistes, autrement dit contre lequel les vaccins seraient moins efficaces. D’où l’importance fondamentale, non seulement de réduire au maximum la circulation du virus, mais aussi d’étudier en permanence le profil génomique des variants.

L’obligation de présenter pour de très nombreuses situations liées à la vie quotidienne des Français, des centres commerciaux au café du coin, d’un (long) voyage en train à une séance au cinéma ou une visite de musée, sans oublier l’obligation de vaccination pour les personnels soignants et tous ceux en contact avec un grand public, tout cela a précipité les demandes d’injections. A preuve, . La crainte d’une 4ème vague due au Delta, qui remplirait à nouveau les services hospitaliers, a forcé le gouvernement à adopter cette mesure drastique de prévention et à susciter . Mais il ne faudrait pas oublier de regarder ailleurs.

C’est partout dans le monde qu’a lieu la course de vitesse entre la propagation de l’épidémie et la distribution des vaccins. Un exemple : la décision du gouvernement japonais de ne pas laisser venir de [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles