EDITO - "Avec son vaccin, Vladimir Poutine a surtout réussi à diviser les Européens"