EDITO - "Plus le temps passe, plus les accusations contre Nicolas Sarkozy semblent fragiles"