EDITO - "S'agissant de la santé des présidents, la transparence n'est pas forcement la vérité"