EDITO - "Le président Macron est devenu l'ennemi numéro un"