EDITO. L’antidote contre le confinement, c’est le vaccin

·1 min de lecture

Bonjour Hervé Gattegno. Vous revenez sur les nouvelles mesures annoncées jeudi par le Premier ministre : 16 départements en confinement. Est-ce que ça veut dire – comme on l’entend beaucoup – qu’Emmanuel Macron a perdu son pari?
Je ne crois pas. Parce que oui, il y a bien une forme de pari dans le choix d’Emmanuel Macron de ne pas confiner depuis le mois de janvier, c’est-à-dire depuis l’irruption des variants et la remontée en flèche des contaminations. Mais ce pari, c’est de faire le choix de retarder au maximum les mesures plus dures, d’utiliser toute la palette des restrictions avant d’en arriver à un confinement strict. Donc il y a sûrement un problème d’explication : on n’a du mal à comprendre qu’on annonce un confinement en encourageant les gens à sortir, et on édicte des règles mais avec tellement d’exceptions qu’on ne saisit plus la règle. Et il a peut-être une erreur stratégique à avoir trop focalisé sur la question du confinement, comme si c’était ça le problème. En réalité, l’enjeu – pour Emmanuel Macron et pour nous tous – ce n’est pas d’éviter le confinement, c’est d’arrêter l’épidémie. 

Lire aussi - Emmanuel Macron : la stratégie du bol d'air

Sans doute, mais alors qu’est-ce qu’il faut comprendre de la nouvelle stratégie qui a conduit aux décisions de cette semaine?
D’abord, qu’on maintient les écoles ouvertes – c’est à la fois l’enjeu éducatif, social et économique qui s’impose, parce que c’est la condition pour beaucoup de parents pour pouvoir travailler. En...


Lire la suite sur LeJDD