EDITO - "En défendant les caricatures de Charlie Hebdo, ce n'est pas le blasphème que l'on défend mais la liberté"