EDITO. Climat : inverser le réchauffement, c'est possible. Le numéro 912 de Sciences et Avenir - La Recherche chez vos marchands de journaux

Crédit Sciences et Avenir / La Recherche

"Le fait scientifique et le choix citoyen" : l'éditorial du rédacteur en chef du mensuel Mathieu Nowak est tiré de Sciences et Avenir - La Recherche 912. Notre nouveau numéro est en vente dans tous les points de vente habituels à partir du jeudi 19 janvier 2023. Et le magazine est aussi disponible en version numérique.

"Notre planète approche à grands pas de points de basculement qui rendront le chaos climatique irréversible. Nous sommes sur une autoroute vers l’enfer climatique, avec le pied toujours sur l’accélérateur". La perspective esquissée par António Guterres, le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, dans le cadre de la COP27, est pour le moins sombre. Les chiffres sont là. Loin de diminuer, les émissions de CO2 d’origine fossile ont augmenté de 1 % en 2022 par rapport à l’année précédente. Si l’on poursuit la trajectoire actuelle, le réchauffement sera compris entre + 2,4 °C et + 2,8 °C en 2100 par rapport à l’ère préindustrielle. Seulement, dépasser + 2 °C aura des effets en cascade dont on peine à mesurer l’ampleur, découvrent les scientifiques (p. 42). Mais comme l’écrivait Paul Claudel, "le pire n’est pas toujours sûr".

Des chiffres alarmants... mais aussi des solutions !

Les climatologues ne se contentent pas de nous mettre face à des chiffres alarmants, ils pointent aussi des solutions qui permettraient rien de moins que... d’inverser le réchauffement (p. 46) ! Mais qui le sait ? Aussi, c’est un travail totalement inédit que vous propose ce mois-ci Sciences et Avenir - La Recherche : une recension des leviers les plus efficaces pour y parvenir, secteur par secteur.

Vers des points de basculement, cette fois positifs ?

La bonne nouvelle, c’est que nous n’avons eu aucun mal à trouver des solutions solidement documentées par les scientifiques. La difficulté aura été de faire un choix pour mettre en avant celles qui permettront d’atteindre des points de basculement positifs cette fois, c’est-à-dire à même de déclencher des effets favorables en cascade. Les adopter aura un coût, mais il s’agit de dépenses qui seront rentables à long terme, disent les investisseurs. Le travail du scientifique, comme celui du journaliste, s’arrête ici. Le choix de l’action est du ressort du citoyen et du politique. Nous espérons simplement que la lecture de notre magazine[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi