EDITO - "C'est la fin de l'isolationnisme, version Trump"