EDITO. "Affaire du siècle" : une décision de justice à double tranchant

·1 min de lecture

Bonjour Hervé Gattegno. Vous revenez sur la décision du tribunal administratif de Paris, qui a condamné jeudi l'Etat pour n'avoir pas respecté les objectifs de l'accord de Paris en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Est-ce qu'on a raison de parler d'une décision historique?
C'est possible. Il faut attendre de savoir si ce jugement sera confirmé, et si dans la décision complémentaire qui est annoncée pour dans deux mois, les juges ordonnent des mesures précises au gouvernement. Là, en effet, ce sera historique. Parce que, pour la première fois, la justice française reproche au pouvoir politique son inaction en matière de protection de l'environnement et va jusqu'à prononcer une condamnation. Et parce que, du coup, au-delà des enjeux écologiques, c'est une décision de justice qui sanctionne une politique – ou plutôt l'absence, ou disons l'insuffisance d'une politique. Donc la peine est symbolique, c'est vrai : 1 euro à chacune des ONG qui ont saisi le tribunal administratif. Mais la décision, elle, est un symbole très important. Et peut-être à double tranchant.

Lire aussi - Préjudice écologique : ce que dit le jugement du tribunal sur "l'Affaire du siècle"

Pourquoi à double tranchant? Vous voulez dire qu'il y a peut-être, derrière ce jugement, le danger d'une justice politique?
Il faut toujours redouter le spectre du "gouvernement des juges", parce qu'en démocratie, c'est au pouvoir élu de prendre les décisions. Le gouvernement décide, le Parlement vote les l...


Lire la suite sur LeJDD