Edinson Cavani Nature et redécouverte

Libération.fr

Débarrassé des manœuvres d’Ibrahimovic, le discret Uruguayen, en lice ce mercredi soir à Barcelone pour le 8e de finale retour de Ligue des champions (4-0 pour Paris-SG à l’aller), montre qu’il est l’un des meilleurs attaquants du monde.

Trouver du hors-champ concernant un joueur aussi discret qu’Edinson Cavani, sur le pont ce mercredi soir au Camp Nou de Barcelone pour un confortable 8e de finale retour (4-0 pour le Paris-SG à l’aller) de Ligue des champions, nécessite une hypermnésie. Ou la tenue d’un journal de bord au long cours, remontant jusqu’à des limbes temporels où l’attaquant uruguayen aurait laissé paraître quelque chose de lui-même.

Guerre larvée avec la star suédoise

Il faut remonter à loin. Port Elizabeth et le Mondial sud-africain, le 26 juin 2010, et un 8e de finale sauvage arraché (2-1) sous le déluge à la sélection sud-coréenne, avec des joueurs sud-américains aux visages cadavériques, laminés par l’effort, incapables de monter seuls dans le bus du retour - les Coréens ne valaient pas mieux. Cavani avait accepté de parler ce jour-là après le match, parce que c’était la presse de son pays, le bras sur l’épaule d’un journaliste pour simplement tenir debout. A quelques mètres de lui, son sélectionneur, Oscar Tabarez, ancien maître d’école, se faisait donner du «professeur» avant chaque question. Le foot uruguayen dans une collusion cosmique : des morts-vivants convaincus de n’exister qu’en dépassant les limites parce qu’ils se savent un peu dans les marges oubliées de l’histoire, plus une portée intellectuelle disant la tradition et le respect du pays aux acteurs du sport.

La seconde image remonte à 2014 et appartient à une caméra située en surplomb d’une plaine d’entraînement du camp des Loges, au lendemain d’une interview dans l’Equipe où le natif de Salto (dans le nord-est de l’Uruguay, à la frontière de l’Argentine) avait expliqué que son exil sur l’aile gauche de l’attaque parisienne, lui qui préfère un axe alors confisqué par le talent et la (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Qualif assurée, sauf si…
JO d’hiver 2026: le Comité olympique suisse en faveur d’une candidature de Sion
Election FFF: le «challenger» Rousselot se veut le candidat anti «bling bling»
F1: Williams et Red Bull en forme, McLaren-Honda s’enfonce à Barcelone
Barça-PSG: Motta forfait, Di Maria s’entraîne

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages