Eddior, né le 1er janvier à 5 h 24, mis au monde par des policiers

Par Aziz Zemouri
·2 min de lecture
Les policiers de La Courneuve ont été guidés au téléphone par les pompiers et rejoints par un équipage de femmes policiers.

À La Courneuve, la nuit du Nouvel An, une brigade a procédé à un accouchement alors que la femme avait perdu les eaux dans le véhicule de son mari.

Alors qu'ils étaient stationnés boulevard Maxime Gorki à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, des policiers ont vu un homme conduisant une Range Rover franchir un feu rouge. Ils ne le savent pas, mais l'automobiliste est dans l'urgence : sa femme est sur le point d'accoucher et il rejoint son domicile à toute vitesse.

Interrogé, l'homme de 35 ans né au Congo, paniqué, explique la situation. La brigade de nuit l'accompagne alors à Stains. La femme de 25 ans est prête, valise à la main, à rejoindre la clinique. Les policiers indiquent au couple qu'il va être escorté jusqu'à Paris où l'accouchement doit se dérouler.

Cordon ombilical autour du cou

Mais au bout de quelques mètres de route, la future mère perd les eaux. Le convoi s'arrête. Les policiers improvisent alors une clinique de campagne et l'accouchement va se dérouler dans le 4 X 4, alors que la température extérieure est de zéro degré. Des renforts mettent en place une zone de sécurité.

Guidés au téléphone par les pompiers et rejoints par un équipage de femmes policiers, les fonctionnaires se lancent dans une opération de secours. Il est 5 heures du matin. Un brigadier, père de deux enfants, aide la gardienne de la paix en première ligne. Le bébé naît à 5 h 24, la tête la première. Ses premiers cris retentissent, mais son cordon ombilical est enroulé autour du cou. Au téléphone, le médecin donne ses instructions. La policière « accoucheuse » parvient à dérouler le c [...]

Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :