Ed Van der Elsken, coquin ressort

Libération.fr

Le Jeu de paume présente quatre décennies de périples planétaires du photographe néerlandais, depuis le Paris bohème des années 50 jusqu’aux bars philippins. L’œuvre d’un œil insatiable de rencontres et de désirs.

Paris célèbre les Néerlandais : le peintre Karel Appel est au musée d’Art moderne de la Ville de Paris tandis que son ami photographe, Ed Van der Elsken, fait l’objet d’une rétrospective au Jeu de paume : un portrait du peintre, dévoré par une grosse moustache et cadré serré, orne un mur de l’exposition des Tuileries. Les deux étaient très amis. Van der Elsken réalisera plusieurs films sur Karel Appel tandis que ce dernier peint les chambres d’enfant de l’appartement de Van der Elsken.

Emigrés en France dans les années 50, ils y échappèrent à la sclérose des Pays-Bas de l’après-guerre. Et ils plongèrent leur regard dans la bohème de la capitale française. «La Vie folle», l’exposition consacrée à Van der Elsken, revient sur un Paris mythique : fiévreux, jazzy, à fleur de peau, carrefour des talents les plus flamboyants et des âmes perdues. Mais pas que. La rétrospective révèle d’autres aspects du photographe, également cinéaste, grand voyageur, coquin des rues et hippie romantique.

Jeunes paumés. Né en 1925 à Amsterdam, Ed Van der Elsken voulait devenir sculpteur ou cameraman. Il opte pour la photographie tout en échouant à ses diplômes. Après un échec amoureux, il quitte les Pays-Bas pour Paris. A Saint-Germain-des-Prés, il rencontre Vali Myers, une danseuse rousse australienne, et une bande de jeunes paumés qui traînent dans les bars et les clubs. De cette période restent les photographies les plus célèbres. Vali Myers et sa beauté sauvage flamboient dans la première salle de l’exposition. Au plus près de son visage, Van der Elsken la sublime en icône noir et blanc. Et lorsqu’il la photographie en couleur, crinière rouge et col roulé bleu canard, la princesse fauve perd de sa superbe, redevient plus humaine.

Dans une lettre éloquente, datée de 1979, la muse (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Gicquel et Dewar, la nouvelle vasque
Arles : Michael Wolf et les méfaits du logis
La claque «monobloc»
c’estquoi le bonheur ? (7/15)
Comment dessiner des insectes ?

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages