Ecrivain de la noirceur et du cynisme, Huysmans entre à la Pléiade

franceinfo Culture avec agences

Joris-Karl Huysmans (1848-1907), archétype de l'"écrivain décadent", qui commencé sa carrière parmi les naturalistes aux côtés de Zola et Maupassant avant de se convertir au catholicisme, fait son entrée jeudi dans la prestigieuse collection de la Pléiade.

Un peu oublié, l'écrivain a été remis au goût du jour par Michel Houellebecq toujours prompt à vanter la vie et l'oeuvre de l'auteur d'A rebours. "Il aurait pu être un vrai ami pour moi", déclare-t-il à son sujet.

L'édition de la Pléiade (1.856 pages, 66 euros) rassemble les romans et nouvelles publiés par Huysmans de 1876, année de la publication de Marthe, son premier roman, à 1895, date de parution d'En route, premier roman après sa conversion au catholicisme. Parallèlement, les Editions de L'Herne publient mercredi un Cahier consacré à l'écrivain.

Fils d'ouvrier lithographe

Contrairement à des écrivains contemporains comme Flaubert ou les frères Goncourt, Huysmans n'a pas eu "la chance d'être un rentier et de vivre dans l'aisance", rappellent André Guyaux (également codirecteur du Cahier de L'Herne consacré à Huysmans) et Pierre Jourde dans la préface du volume de la Pléiade.

Le père de Huysmans, ouvrier lithographe d'origine hollandaise, est mort alors que son fils unique n'avait que huit ans. Sa mère était institutrice. Juste après son baccalauréat, à 18 ans, Huysmans entre comme gratte-papier (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi