Ecriture : un nouveau berceau découvert en Iran

FRANÇOIS DESSET

Contrairement à une croyance répandue, la naissance de l'écriture ne s'est pas faite uniquement en Mésopotamie. Le déchiffrement récent de l'élamite linéaire, un système d'écriture du 3e millénaire avant J.-C., redessine complètement l'histoire de son apparition.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°905-906, daté juillet-août 2022.

Tout juste deux cents ans après que Jean-François Champollion (1790-1832) a réussi l'exploit de décrypter les hiéroglyphes égyptiens, le déchiffrement d'une autre écriture pluri-millénaire va marquer l'histoire de la compréhension des premiers textes par ses répercussions : il s'agit de celui de l'élamite linéaire, un système utilisé sur le plateau iranien dans l'ancien royaume d'Elam, entre la fin du 3e millénaire et le début du 2e millénaire avant notre ère (2300-1880).

D'abord annoncé en décembre 2020 (lire S. et A. n° 887, janvier 2021), ce "craquage" au retentissement international vient d'être détaillé avec toutes ses clés dans un article scientifique publié au mois de juin dans une prestigieuse revue allemande*. En y exposant les conditions qui ont conduit au déchiffrement de l'élamite linéaire, ainsi que les détails de ce système d'écriture qui notait la langue élamite parlée sur le plateau iranien avant le persan (vieux perse), la publication allemande, véritable "Bible" des spécialistes du Proche-Orient ancien, consacre à sa façon les travaux de François Desset du laboratoire Archéorient-UMR 5133 (Lyon) et de l'Université de Téhéran (Iran), et ceux de ses collègues Kambiz Tabibzadeh, Matthieu Kervran, Gian Pietro Basello et Gianni Marchesi. Personne avant eux n'avait réussi à percer tous les secrets des inscriptions en élamite linéaire, parmi les dernières à résister aux "nouveaux Champollion" avec celles en linéaire A crétois ou encore celles de la vallée de l'Indus.

Certes, depuis 1857 et la découverte sur la paroi rocheuse du site de Behistun (Iran) de l'inscription royale trilingue du roi perse Darius Ier présentant les versions d'un même texte rédigées en vieux perse, akkadien et élamite, on connaissait l'élamite par sa transcription à travers l'écriture cunéiforme. Pendant des siècles, en effet, les signes cunéiformes avaient servi à noter plusieur[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles